C’est la Démocratie que j'aurais aimé parrainer !

Les demandes de parrainages pour l’élection présidentielle affluent en mairie...

Pris dans le piège d’un présidentialisme poussé à son extrême, le même jeu de rôles se poursuit tous les cinq ans et semble satisfaire les dirigeants politiques et les commentateurs.

Dans cette course de personnalités dites « providentielles » où petites phrases, flatteries, croche-pattes et autres comportements constituent la boîte à outils traditionnelle, j'ai de plus en plus de mal à trouver ma place et accepter mon rôle supposé.

Dans ma commune nous avons décidé de partager le pouvoir et de consolider la démocratie représentative par une démocratie coopérative et continue.

Ainsi, nous nous efforçons d’aller chercher les citoyennes et les citoyens, nous développons des initiatives co-construites collectivement dans des espaces où chacune et chacun a la parole et la capacité d’agir.

Cette démarche nécessite un « pas de côté » et des efforts continus pour nous extraire des travers du jeu politique classique et investir une vie publique où élus et citoyens organisent leur capacité à réfléchir et agir ensemble, en dépassant l’entre-soi.

Essuyant parfois des échecs, nous promouvons sans cesse et sans relâche l’intelligence collective et l’invitons aux processus de conception et de mise en œuvre d’un projet ou d’une politique publique.

Rien ne nous y oblige mais rien ne nous empêche. C’est une question de volonté.

La Démocratie est en réalité à considérer comme une pratique quotidienne, pas un concept ni une situation acquise.

La fonction actuelle de Président de la République est en décalage par rapport à notre démarche municipale et la société en quête de plus de Démocratie.

À quelques semaines du scrutin, on peut franchement se demander pourquoi aucun des candidates ou candidats à la Présidence de la République n’a eu l’humilité, pendant plusieurs mois, de co-construire un projet présidentiel avec les Françaises et les Français.

Rien ne les y obligeait mais rien ne les empêchait. C’était une question de volonté.

Aussi, même si j'accomplirai mon devoir d’électeur, souvent par élimination, sans joie ni grand espoir, je choisis de n’accorder à personne mon parrainage, puisque personne n’a eu la volonté de construire sa candidature sur la base d’un projet collectif issu d’un travail sérieux et approfondi, convoquant citoyens et experts.

Restaurer la confiance et développer la Démocratie, cela passe par restaurer les liens rompus ou fragiles entre représentants et représentés. je fais ma part, comme d'autres à mon niveau, et j'espère donc que les dirigeants politiques ou ceux qui prétendent le devenir réfléchiront à faire la leur... 

Nous sommes déjà en octobre 2021 et une fois de plus cette élection qui nous convoque tourne à la farce et au ridicule. J'en donne les explications profondes dans mon dernier petit ouvrage.