Déboulonneurs, je vous suis toujours, de près ou de loin

(31/03/2013)

En effet cela fait déjà longtemps que je les suis et je me souviens avoir publié un article aux débuts de ce blog qui s'est toujours donné comme objectif, aussi, de relayer des combats que j'estime justes. Celui-ci en fait partie.

Notre cadre de vie est trop précieux et par "pollution" on entend trop souvent une limite donnée aux conséquences néfastes de notre société sur la nature et donc sur l'homme.

C'est oublier qu'il existe des pollutions directes, et l'affichage publicitaire en fait partie à mon sens.

Que demande le collectif anti-pub "Les déboulonneurs" ? Une liberté de "réception". Corollaire de la liberté d’expression, chacun devrait être libre de recevoir ou non les messages diffusés dans l’espace public...

L'affiche publicitaire limitée à un format de 50 x 70cm.

Nos paysages, ruraux et même urbains, méritent un traitement visuel respectueux de l'homme.

Certains verront cette préoccupation comme secondaire, voire inutile.

Elle participe pourtant d'un choix de société et la prise de conscience n'en est toujours qu'à ses balbutiements. Les "déboulonneurs" dont voici ci-dessous un diaporama explicite, viennent d'écrire à la ministre de l'environnement, Delphine Batho, et proposent un débat sur "la place de la publicité dans notre société".

Ils ont annoncé dans le même temps une trêve de leurs actions de désobéissance civile.